Que Choisir s'en prend aux distributeurs d'eau et appelle à la dé-privatisation de ce service public. Les arguments utilisés sont des gros mensonges. En défendant une baisse du prix de l'eau, et la dé-privatisation des services d'eau, Que Choisir ne défend peut-être pas l'intérêt des consommateurs.
Explications.

eau potable : hors de prix d'après que choisir
Je suis ingénieur, j’ai distribué de l’eau pendant 10 ans, et je déplore le peu de rigueur avec laquelle UFC Que Choisir fait le procès des délégataires privés de service de distribution d'eau et assène des informations trompeuses aux médias et aux consommateurs sur le prix eau potable. Plus d’infos sur mon parcours dans entrepreneur en colère.


prix de l'eau potable selon Que Choisir Que Sélectionner indique que Veolia et Suez feraient des bénéfices faramineux .

C'est faux. Si c'était le cas, pourquoi Veolia ne ferait que 4% de bénéfice net (alors qu'EDF faisait un bénéfice net de 12% en 2006 !).
Parce que Que Choisir ne sait pas compter, et confond Marge Brute et Marge Nette. La Marge Brute, ce sont les recettes moins les dépenses.Néanmoins il est nécessaire de financer les placements passés (amortissements) et futurs (provisions pour renouvellement). Ces sociétés privées collectent des financements pour les communes, mais ne mettent pas cet argent dans leur poche. Dans le prix de l'eau, il y a des taxes assainissements et l'amortissement des investissements.

Eau - Que choisir



eau potable en france : son prix réel Que Choisir souligne que les Régies Municipales Publiques vendent l'eau moins cher que le privé et que c'est bien de baisser le prix de l'eau ou de dé-privatiser

Les Régies Municipales citées par Que Choisir (Annecy, Chambéry, Grenoble, etc.) investissent moins que d'autres dans leur réseau car l'eau des Alpes est abondante et de qualité. Donc le prix de l'eau y est plus bas. Mais partout ailleurs, il faut rembourser pour les usines et les tuyaux, et faire des provisions pour garantir un service de qualité. Ce n'est pas à cause du privé que l'eau est chère, c'est à cause des redevances, des taxes, des investissements passés et des provisions pour investissements futurs.
Ce n'est pas en dé-privatisant qu'on baissera le prix de l'eau, c'est uniquement si on arrete d'investir dans les usines et les réseaux. Le prix eau potable, c'est d'abord le financement d'infrastructures.

Que Choisir trompe les français en les incitant à faire baisser le prix de l'eau

La qualité des ressources en eau continue à se dégrader à cause de la pollution et du manque de pluies. Avec le devoir d'équiper en stations d'épuration 100% du pays, il sera nécessaire à l'opposé placer de l'argent de plus en plus. Si Que Choisir obtient de baisser le prix de l'eau, cela diminuera la capacité d'auto financement des services d'eau potable, donc il faudra financer les réseaux avec vos impots.
Les services d'eaux sont des Services Publics MARCHANDS. Il n'est pas souhaitable de les subventionner ou de financer les usines d'eau potable avec vos impots, il faut les financer avec le prix du m3, le prix de l'eau potable. C'est une problèmatique d'efficacité et de justice fiscale. Quitte à proposer des tarifs sociaux aux plus démunis.
En baissant artificiellement le prix de l'eau, on appauvrit le service public, et c'est vos impôts locaux qui financeront demain les usines.


prix de l'eau potable Que Choisir encourage les communes à faire du dumping fiscal !

Une partie des taxes et redevances qui financent le traitement des eaux usées sont calculées en pourcentage du prix de vente de l'eau potable. Une eau produite à 0,8 € le m3 collectera moins de taxes qu'une eau produite à 1,2 € le m3.
Plus la commune se comporte en « fourmi » et fait des provisions pour les investissements futurs, et plus les abonnés payent de redevances pour les autres.
Ce n'est pas aller vers la justice fiscale que d'inciter les maires à se comporter en « cigales ». Ce n'est pas à Que Choisir d'inciter les maires à faire du dumping fiscal pour faire payer ses investissements par les autres communes.
Le juste prix eau potable, c'est la péréquation entre tous les usagers du service d'eau potable.


Que Choisir affirme que les Régies Municipales Publiques gèrent « mieux » leurs services que les sociétés privées .

Ce n'est pas tout à fait un mensonge, mais c'est une affirmation discutable. Il y a en réalité deux situations très différentes. Les petites régies municipales, qui vivent dans le dénument, et qui déploient des miracles tous les jours pour offrir un service que les sociétés privées ne savent pas offrir.
Et il y a les grosses régies municipales qui couvrent des agglomérations ou des départements pour distribuer l'eau potable. A la différence des sociétés privées qui s'engagent sur un prix fixé à l'avance pour 15 ans et qui sont obligées de faire chaque année des gains de productivité importants, ces grosses régies ne s'obligent pas à faire des bénéfices ni des gains de productivité mais ne cherchent qu'à équilibrer ou dépenser leur budget. Les gains de productivité ne sont pas une priorité (agents fonctionnaires sans salaire au mérite...), l'important est de garantir la paix sociale.

Au bout de 15 ans, avec 2 ou 3% de gains de productivité chaque année sur le prix du m3 d'un côté (le privé), beaucoup moins de l'autre (la grosse régie publique), quel est le bestof modèle d'après vous ? Est-ce choquant que le privé fasse 5 ou 6 % de bénéfices sur le contrat s'il a permis de faire 30 ou 40% de gains de productivités en 15 ans, et s'il a amélioré la capacité d'autofinancement du service ?
Mon témoignage : même 10% de bénéfices ne sont pas choquants si l'exploitant fait gagner 30% à la collectivité en 15 ans sur le prix eau potable sous forme de gains de productivité.


Je résume ce que nous avons vu sur le prix de l'eau potable et Que Choisir :

  Que Choisir affirme que les sociétés privées feraient des bénéfices faramineux sur le prix de l'eau potable.

C'est un très gros mensonge.

  Que Choisir affirme que c'est l'intérêt du consommateur de faire baisser le prix de l'eau.

C'est un scandale, car il vaut mieux financer les usines avec le prix du m3 qu'avec vos impots locaux.

  Que Choisir demande aux maires de dé-privatiser et de faire du dumping fiscal.

C'est une attitude irresponsable.

  Que Choisir préfère les régies municipales publiques aux sociétés privées.

C'est un choix politique d'une efficacité discutable, et je pense que ce n'est pas l'intérêt du consommateur.


eau potable en france


Mais pourquoi Que Choisir diffuse des informations trompeuses pour inciter les maires à prendre des décisions contraires à l'intérêt du consommateur ?

J'avais pensé au départ qu'il s'agissait d'une manipulation politique pour les élections municipales, afin de cautionner des thèses d'extrême gauche (les bénéfices des sociétés privées – de 4% ! - seraient scandaleux, il faudrait dé-privatiser, vive le secteur public). Bien sûr, les thèses générales de Que Choisir sont très engagées (taxer les monopoles et les compagnies pétrolières, dé-privatiser) et les grandes sociétés publiques toujours absentes de leurs dossiers (RATP, SNCF, EDF, etc.).
Evidemment, Que Choisir ne semble pas connaître la différence entre Marge Brute et Marge Nette. Mais peut être que ce n'est pas la seule explication.


Il y a une autre explication possible, les sociétés privées qui exploitent des services publics ne savent pas communiquer auprès du grand public sur le pourquoi du prix de l'eau potable.
Elles n'ont jamais su expliquer aux français ce que c'est qu'un Service Public. Trop de français pensent encore que Service Public = Secteur Public. Or le Service Public, c'est trois obligations : Permanence du Service, Egalité tarifaire (à client égal, tarif et service égal) et Non Discrimination (on ne refuse personne).
Rien à voir donc avec le statut juridique de l'exploitant. Peut-être que UFC Que Choisir pense qu'il est naturel que les services publics soient opérés par l'état ou les collectivités.

Une troisième explication possible, c'est la méconnaissance de la différence de fonds entre Service Public Marchand et Service Public Non Marchand. Un service Public Non Marchand (éducation, santé, armée, etc.) est payé par l'impot, un service public Marchand est payé par l'usage (téléphone, électricité, eau, gaz, transport, prix eau potable, etc.).

Or Que Choisir préfère que l'eau potable soit un service Non Marchand, où le secteur privé n'aurait pas sa place, où le prix eau potable serait le plus bas possible et dont le financement et les déficits seraient payés par des subventions et les impôts.
C'est un principe généreux mais c'est idiot. L'eau est un produit très technologique. Si on utilise les impots locaux pour financer tout cela, comme on ne pourra pas augmenter les impôts, ce n'est pas un bon calcul. On va fragiliser les autres services publics, car on n'aura plus assez d'argent pour les autres.



En fait, Que Choisir veut fragiliser le Service Public. En menant sa croisade contre les distributeurs d'eau, UFC se tire une balle dans le pied !



prix eau potable Je pense qu'il faut faire une différence entre les services publics "naturellement rentables" des services publics non marchands, et l'impot doit servir à payer les salaires des fonctionnaires et les investissements qui ne peuvent être financés par l'usage. L'eau, l'électricité, le transport ne doivent pas être financés par l'impôt, car les impôts ne peuvent pas augmenter indéfiniment, et ce que l'on prendra à nos impots pour les réseaux d'eau ou une subvention au prix de l'eau potable, c'est toujours moins d'argent pour les hopitaux, les crèches, les écoles et les salaires des fonctionnaires.
Il faut donc que les communes soient incitées à faire payer le juste prix du service d'eau , à investir et à faire des provisions pour leurs usines grace au prix de l'eau potable. Et je suis contre la position de Que Choisir, qui veut appauvrir les services d'eau, baisser artificiellement les prix, et reporter la charge de la dépollution sur vos impôts locaux. Pensez-vous vraiment que vos impôts doivent financer des usines d'eau potable ?

prix eau potable que choisir Pour le consommateur, il est est important que l'impot soit utilisé à bon escient.
De nombreux services publics marchands (SNCF, RATP, France Télévision, etc.) exploités par des régies ou des sociétés publiques, on pris l'habitude de vivre de subventions, et de demander à l'impot de combler leuirs déficits et financer leurs infrastructures (ex de la SNCF qui a transféré ses dettes dans Réseau Ferré de France, faute de pouvoir faire des gains de productivité et les financer tout seul).
Un service Public Marchand doit pouvoir être bien géré et se financer tout seul.
N'en déplaise à Que Choisir, appauvrir les services publics en diminuant les prix, puis les financer par l'impôt n'est pas un service à rendre au consommateur. Que Choisir ne rend pas service au consommateur en s'en prenant aux sociétés privées de distribution d'eau et au prix de l'eau.

Automate mailing vocal - bureau d'etude technique